Skip to content

ENTERTAIN. Marlène Schiappa’s battle plan for « simplifying the lifetime of associations »

Marlène Schiappa see “Simplify the lifetime of associations and worth the benevolent”. La secrétaire d’État à l’économie sociale et solidaire et à la vie associative lancera une session publique en ligne, en décembre, prélude aux futures « Assises nationales de simplification associative », au printemps 2023. Objectif : alléger leurs obligaciones administratives pour redonner du temps à leurs salariés et bénévoles.

France has 1.3 million energetic associations, dont 160,000 salaried workers (2.2 million salaried within the French associative sector, for 1.5 million emplois en équivalent temps plein). Un Français sur trois est engagé dans une ou plusieurs associations, soit 21 hundreds of thousands de benevoles.

Lire additionally. ENTERTAIN. Marlène Schiappa : « L’Ouest a une grande custom associative »

Vous voulez organizer des “assises de la simplification associative”. Why?

Marlene Schiappa: À trigger de la ardour française pour la paperasse! On noie les associations et les benevoles sous beaucoup trop d’administratif. Ils passent beaucoup de temps à remplir des formulaires, au détriment de leur activité. L’État, les collectivités, les organismes de controle on des exigences parfois pesantes.

Quand auront lieu ces assises ?

Nous ouvrirons d’abord une platforme de session en ligne sur associations.gouv.fr début décembre. Ce sera un peu leur cahier de doléances pour nous faire remonter très concrètement ce qu’elles veulent voir changer. We current the synthèse of leurs contributions à la mi-janvier, earlier than launching a sequence of ateliers sur l’accompagnement native des associations par l’État, the simplification of calls for for subsidies or creation of associations, the fiscalité regarding them dons, la transparency… Les assises elles-mêmes ne se tendront qu’après ces deux first phases, vraisemblablement au printemps 2023.

« Pourquoi ne pas étendre le principe du “Dites le nous une fois” aux associations? »

Que comptez-vous simplifier en matière de demandes de subventions?

On pourrait mettre en place des financements de fonctionnement dans la durée. Aujourd’hui, on oblige les associations à répondre à des appels à projet tous les ans, en leur redemandant à chaque fois d’expliquer qui elles sont, ce qu’elles font, remark elles utiliseront les fonds, même lorsque leur raison d’ être et d’agir ne change pas. Nous avons créé le principe du «dites le nous une fois» pour faciliter la vie des petites entreprises, pourquoi ne pas l’étendre aux associations?

What’s the downside regarding the creation of the affiliation?

La démarche est très easy – il suffit d’être deux et de déposer des statuts en préfecture – mais elle peut rebuter beaucoup de gens, qui ne savent pas remark ça marche, ou qui n’osent pas. The query is notably posed vis-à-vis des plus jeunes, who ont désormais tendance à se mobiliser by way of les réseaux sociaux, dans l’prompt. Le reflexe est désormais plus à la structure de collectifs informels qu’à la création d’affiliation.

Et sur la transparency?

Saviez-vous qu’un consultant d’affiliation qui rencontre un élu est tenu de le signaler à la Haute autorité pour la transparency de la vie publique? A cupboard of lobbying defends non-public pursuits, is it regular that on lui demand of transparency, mais une affiliation? Dans l’écrasante majorité des cas, elles défendent l’intérêt général, elles ne vont pas voir les élus pour enrichir leurs membres.

“Un Français sur trois est benevole dans une affiliation”

Que faites-vous pour les benevoles?

Un Français sur trois est bénévole dans une affiliation, ce qui est colossal. Nous voulons valoriser cet aport. An extra session is pending on the topic, and I’ve launched a “Tour de France du benévolat” already these few weeks, within the Orne. Je me rendrai prochainement à Vannes dans ce cadre. Je remets des médailles à chacun de ces déplacements, j’invite les benévoles à rendre leur engagement seen par des badges et des affichettes «Je suis bénévole »… Et nous travaillons, en parallèle, à la création d’un service public de la validation des acquis de l’expérience (VAE) pour eux.

La VAE pour les benevoles associatifs, ce n’est pas nouveau?

No, mais très peu entrent dans ce dispositif, par manque d’info. A benevolent qui veut transformer son expérience en diploma doit chercher lequel il pourrait demander, contacter des organismes de formation, trouver lui-même des financements, un accompagnateur… Nous devons leur faciliter la tâche. Ma feuille de route tient en deux mots: simplifier, valoriser. Simplify the lifetime of associations et valoriser les benevoles.

.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *