Skip to content

Île-de-France : ces deux ingénieurs donnent une seconde vie aux chemises tachées or abimées

Younger graduates of CentraleSupElec, Antoine Ghesquierre and Paola Grès accumulate the chemises lower or tacked, recondition them and resell them en seconde principal by way of leur enterprise Chaloopé. (©DR)

Transformer les chemises tâchées qui végètent au fond de nos placards en chemises neuves reconditionnés, c’est l’objectif que tentent d’accomplir Antoine Ghesquierre et Paola Gres. Ces deux ingénieurs, all brothers graduated from CentraleSupElec ont creé leur enterprise, chaloope pour donner une seconde vie aux chemises délaissees.

« Scale back the environmental affect »

All started after I determined to see our closets and déposer our vêtements dans des bornes de collectes. On s’interrogeait sur ce qu’ils allaient devenir et on s’est rendus compte qu’ils allaient probablemente finir dans une décharge à ciel ouvert en Afrique, automotive la filière pour redonner vie aux vêtements n’est pas structurée en France.

Antoine GhesquierreChaloopé co-fondateur

Ainsi, plutôt que de faire le traditionnel stage de fin d’études, les deux élèves-ingénieurs décident de suivre l’possibility entrepreneuriat de leur école avec l’idée de créer une construction pour collector, reconditionner et resendre des vêtements en second principal.

« On a dans nos placards une matière première illimitée. En valorisant ces vêtements, on peut réduire l’affect environnemental lié à la manufacturing de la matière premiere des vêtements et ainsi limiter la croissance des décharges à ciel ouvert », souligne Antoine Ghesquière rappelant que seulement 3 % of clothes collected in France are reused sur le territoire nationwide.

Une collecte auprès des facilities de tri, des particuliers et des entreprises

After a marketing campaign of participatory financing that led to the permission of the assembler 7,500 euros and obtained 144 pre-commands, the 2 engineers are launched within the manufacturing of leurs trichemises.

First stage, the accumulate of chemises auprès des facilities of tri à qui ils achètent des tons de 25 kg, mais aussi auprès de particuliers souhaitant donner leurs chemises et enfin auprès d’entreprises et d’établissements d’enseignement supérieur in Île-de-France, dont leur old-fashioned.

« On a spot a borne south of the campus who now we have permission to get well 70 shirts in two weeks », congratulates Antoine Ghesquierre who compte organizer prochainement des collectes à AgroParisTech and within the corporations put in in them La Protection excursions.

Movies : in the mean time on Actu

Les deux ingénieurs trient eux-mêmes les chemises collectedées

Ensuite, the 2 entrepreneurs ship the chemises in a Institution and repair d’aide par le travail (Esat) francilien où elles sont wash couple of individuals in reinsertion.

Une fois les chemises propres, Antoine et Paola les rassemblent dans leur appartement parisien, les inspecting une à une afin d’évaluer leur état et répertoier leurs défauts forward of them trier taille pair

« Souvent, elles sont en bon état, mais plus portées en raison d’une tache. Notre however va être de supprimer cette partie et d’intégrer le reste qui est propre à une autre chemise », détaille le jeune ingénieur.

Les chemises découpées puis assemblees pour faire une trichemises

Une fois constitués, the a number of chemises are despatched in des clothes ateliers de la région, où elles sont découpées et assemblees avec d’autres pour creer une chemise reconditionnée.

« Chaque trichemise est distinctive avec une partie gauche, le col et une partie droite. Les morceaux de chemises that l’on n’utilise pas are preserved for the second », explains Antoine Ghesquierre.

« Changing into an essential actor du reconditionnement »

Au début de l’année 2023, it is going to be potential aux particuliers de commander immediately des trichemises then the web website of Chaloope.

« À terme, nous ne voulons pas juste nous établir comme une marque, mais comme un acteur essential du reconditionnement en nous ouvrant à de nouveaux varieties de vêtements à l’horizon 2025 », ambitionne l’entrepreneur.

Cet article vous a été utile ? Sachez que vous pouvez suivre Actu Essonne dans l’espace Mon Actu. In a single click on, after registration, you and retrouverez toute l’actualité of your favourite cities and types.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *