Skip to content

“Les grands cabinets de consulting ne font pas un travail d’expertise neutral”

Le gouvernement est chahuté pour son recours dans de larges proportions au cabinet de consulting McKinsey. A universe that l’écrivain a côtoyé avant de vivre de sa plume of him. Out of the financial question, he gives a “corpus ideologique” to the work of beaucoup of ces organisms.

The controversy I questioned l’écrivain Nicolas Mathieu. Le 17 mars, a rapport du Sénat soulignait that « Le recours aux consultants constitutes aujourd’hui un reflexe » of the part du gouvernement by Jean Castex. Pire, il dénonce une situation de « dependency » du pouvoir public et lâche les chiffres: 893.9 million euros payés par les ministères aux cabinets de conseil, dont McKinsey, in 2021 [et non uniquement au cabinet McKinsey comme indiqué précédemment, ndlr].

La question du conseil et de la restructuring des entreprises ou des collectivités territoriales apparaît dans plusieurs des livres by Nicolas Mathieu. Pour l’auteur du prix Goncourt Leurs enfants après eux, le problème dépasse l’affaire McKinsey et relève d’une certaine conception du service public et de la démocratie.

Vous avez croisé le milieu du consulting dans votre vie professionnelle et il apparaît dans vos livres. What is your experience of the type of organism?
I don’t work in a cabinet, but for a long time it is a job that consists of managing the verbatim procedures of company committee meetings. Je suis allé dans toutes sortes de boîtes, petites ou grosses, dans l’industrie ou le tertiaire. Et, dans pas mal d’endroits, j’ai vu passer ces consultants qui venaient avec leurs slides et leurs préconisations. C’était à chaque fois le même théâtre. Les mêmes idées de réorganization et de gains d’efficacité, d’économies et de performance. Les mêmes outils (les datas, les tableaux, les stats, les indicators, le reporting), le même vocabulaire (le wording corporate à la con), presque les mêmes gens. Ça m’avait beaucoup marqué et j’ai retrouvé ça plus tard, dans le domaine public ou associatif. C’est une figure qui apparaît d’ailleurs dès mon premier roman, Aux animaux la guerre.

« L’usine était vieille, sa lamentable competition. Alors un beau jour, des consultants parisiens ont débarqué pour retailler l’organizagramme. Les gars ne les ont vus qu’une seule fois dans les ateliers. Ils étaient jeunes et portaient des chaussures pointues. Ils ont traversé le Hall 2 sans lever la tête, sans toucher personne. Il fallait les laisser aller partout et leur ouvrir all les dossiers. […] In the end, ils ont rendu leur rapport et tous les intérimaires ont dégagé, des types qu’on embauchait pourtant à longueur d’année, dispersés dans la nature, avec leurs dettes, leurs remboursements, les compétences qu’on leur avait files. »

Dans “Connemara”, your department of professionnels du consulting who participate in the advancement of a system destined to accroître leur chiffre d’affaires qu’à finder des solutions pour les collectivités territoriales…
Oui, et je ne trouve pas ça spécialement révoltant. Dans toutes les entreprises privées, et même ailleurs, on fait son job de son mieux mais avec un rien de cynisme – il faut bien se marrer – et l’idée d’en tirer un max de profit. This is the most problematic, this is the sale of bidon solutions or an expertise that doesn’t happen. Mais pire que tout: c’est de faire croire à la scientificité de sa démarche. Les audits, les expertises peuvent avoir un intérêt, produire des effets, permettre de solvener des problèmes, rather souvent c’est quand même largement du bricolage. J’ai rencontré des consultants pour écrire ce livre. Beaucoup m’ont fait part de ça, cette part de magie, d’esbroufe, de fumisterie du rapport.

Cela dit, il faut quand même dire que le consulting est un domaine immense, avec des cabinets de toutes sortes et des gens qui font parfois du conseil dans la dentelle, et parviennent vraiment par les sciences humaines, l’analyse de données ou l’ Ingénierie politique à aider ceux qui les mandatent.

Au-delà des questions deontologiques et financiers que posses le recurs à ces services, le choix de recurir (or non) à ces cabinets relève pour vous d’un positionnement politique…
Les grands consulting cabinets et les consultants qu’ils emploient ne font pas un travail d’expertise neutre. Ils promeuvent, de manière plus ou moins conscious, des valeurs. The performance, the search for efficiency in all domains, the calculations of efficiency, the primacy of the economy, the sont of the ideas that spring from a corpus of ideas. Et le passage de cette ideologie dans le domaine des politiques publiques est un problème majeur. C’est ce qu’on appelle le « new public management ». When you start to organize your education or santé it as a business. Quand on se met à gouverner un peuple comme on gère des RH.

Honnêtement, dans certaines sphères de décision, ces choses-là vont tellement de soi, l’esprit managérial est si profondément ancré, que je ne suis même pas sûr qu’on surrender compte de faire un choix politique en recourant à ces aides extérieures . More nous qui voyons cela du dehors, nous ne pouvons pas ignorer que ces manières de penser, de faire et d’orienter sont puissamment idéologiques. The question des indicateurs à atteindre par exemple, c’est un instrument de pouvoir incroyable ! Et ces cabinets produisent ça tout le temps: de l’audit, des solutions, des indicateurs à satisfaire, des tools de mesure de la performance… Par ces voies-là, pseudo-expertes et présumées rationnelles, un pouvoir s’exerce insidieusement sur nos existences et réorganise nos institutions et nos modes de vies.

Exists-t-il une alternative, selon vous ?
Accept that democracy is not very effective, that public service is not an affair of profitability and, surtout, sanctuariser certain domains that devraient échapper complètement au règne du tableau Excel. For example, la dépendance, les Ehpad, le grand age, l’hôpital, etc. Evidemment, the tenants of the feindront de croire règne who disant cela on are totally moque de la rationalité de la dépense publique. C’est une de leurs ruses: nous faire croire qu’on n’a le choix qu’entre leur «sangle» et le laisser-aller total. old history.

Leave a Reply

Your email address will not be published.